27 octobre 2022

S’y retrouver dans la jungle des terminologies en matière de certification en tourisme

On entend souvent les termes : label, attestation, agrément, certification, accréditation, autant de dénominations qui font référence à la qualité d’un produit, processus ou organisation par rapport à des normes.

Mais comment s’y retrouver?

Isabelle Pécheux et Valérie Massalaz de Passion Terre vous proposent un éclairage sur les différentes terminologies utilisées en la matière. Lors de différentes formations portant sur les certifications applicables en tourisme, elles ont eu l’occasion de se plonger dans cette jungle d’appellations.

Voici donc un petit glossaire pour commencer.

 

Les définitions

LABEL: traduction anglaise du mot étiquette, un label est donc tel que le définit le Larousse « une étiquette ou marque spéciale créée par un syndicat professionnel et apposée sur un produit destiné à la vente, pour en certifier l’origine, en garantir la qualité et la conformité avec les normes de fabrication ».

Note: Un label selon le pays où il est attribué n’a pas toujours un caractère légal et officiel. Il peut provenir d’un organisme public ou privé et ne nécessite pas toujours d’audit indépendant.

Aperçu du résultat de recherche sur le moteur Ecosia et sur éléments Canva avec le mot Label

ATTESTATION :selon la définition du Larousse une attestation est une « déclaration verbale ou plus souvent écrite témoignant d’une situation ou d’un fait. » Pour plus de clarté les synonymes sont entre autres: assurance, certificat, confirmation, déclaration, garantie. Il n’y a pas de notion d’audit, ni d’organisme certificateur.

Aperçu du résultat de recherche sur le moteur Ecosia et sur éléments Canva avec le mot attestation

CERTIFICATION : certificat délivré par un organisme indépendant qui, par l’intermédiaire d’un audit, détermine si l’entreprise répond aux critères et normes du cahier des charges. Pour que la démarche de certification soit fiable et crédible, il est important de vérifier qu’il s’agit bien d’un auditeur indépendant.

Aperçu du résultat de recherche sur le moteur Ecosia et sur éléments Canva avec le mot certification

ACCRÉDITATION: L’accréditation est un mode d’attestation des compétences et de l’autorité des organismes et des personnes dans un domaine donné. Un organisme accréditeur vérifie la conformité d’une personne ou d’une organisation par rapport à des normes définies en termes de compétences techniques et/ou de mise en œuvre d’un processus.

Mais aussi : Une démarche d’accréditation permet de s’assurer de l’impartialité, de la compétence et du professionnalisme du certificateur et de ses équipes. Elle est une reconnaissance de la capacité d’un organisme certificateur à évaluer la conformité d’un produit, d’un service ou d’une personne sur la base d’un référentiel précis.

Encore mêlé ??

Différence entre accréditation et certification

 

L’accréditation sert à reconnaître la compétence technique et organisationnelle d’un organisme d’évaluation de la conformité tandis que certification valide le respect des exigences prescrites (1).

Au-delà des appellations 

 

Notre point de départ pour étudier les différentes certifications applicables en tourisme a été le G.S.T.C (Global Sustainable Tourism Council).

Depuis 2007, cette OBNL a pour but d’aligner les principes du tourisme durable sur les 17 Objectifs du Développement Durable et de favoriser et diffuser la connaissance de ces principes. Ils ont établi et développé des standards internationaux (critères GSTC) pour les destinations et les entreprises touristiques.

Pourquoi réinventer la roue ?

 

Le GSTC permet de garantir une assurance/crédibilité pour la bonne application des principes du tourisme durable. Cet organisme ne certifie pas mais est en quelque sorte la référence en la matière et également « gardien » de la bonne application des principes du tourisme durable via deux paliers de reconnaissance :

  • Les opérateurs de certification ont des critères qui sont reconnus par le GSTC, cela signifie que leurs normes d’évaluation sont alignées sur celles du GSTC mais le processus de certification en lui-même n’est pas évalué.
  • Les opérateurs de certification sont accrédités (vous vous rappelez on l’a abordé tantôt ;-)) par le GSTC ce qui signifie que non seulement les critères mais également le modus operandi des opérateurs de certification (indépendance/impartialité) correspond aux standards du GSTC (2).

Comment faire le bon choix?

Voici maintenant quelques conseils qui n’ont bien entendu pas la prétention d’être des vérités absolues et qui sont à enrichir de vos commentaires et expériences dans le domaine.

 

Quelle que soit la démarche que vous souhaitez entreprendre pour encadrer votre transition par le biais d’une certification, il est important de vérifier :

  • Niveau de reconnaissance de la certification : internationale, nationale ou locale
  • Processus de certification : auto-déclaration, audit interne ou externe.
  • Fréquence de l’audit : annuel, aux deux ou trois ans
  • Durée de validité : 1 à 4 ans
  • Type d’accompagnement proposé : plateforme avec ou sans encadrement.

 

Qu’est ce qu’un audit?

L’audit, que l’on peut qualifier comme étant une procédure de contrôle de la conformité, est le dernier maillon de la chaine en vue de l’obtention d’une certification.

Il est important au moment de choisir une certification de vérifier quel type d’audit il s’agit.

  • Audit interne : les auditeurs sont des employés de l’entreprise elle-même mais pas rattaché directement au secteur d’activité qui fait l’objet de l’audit. Manque de distance par rapport à l’objet de leur audit ainsi que de temps, ressources et connaissances méthodologiques.
  • Audit externe : l’audit est conduit par une firme externe. Gage d’objectivité, d’impartialité, de neutralité. Démarche rigoureuse et scientifique.
  • Autoévaluation : évaluation faite par les employés du département directement concerné. Risque élevé de biais (3).

Seul un audit externe crédibilise la démarche et évite tout danger d’écoblanchiment.

Nous espérons que ces informations vous auront permis d’y voir plus clair. Toutes vos suggestions et commentaires sont les bienvenus pour ensemble construire le tourisme de demain.

Valérie Massalaz et Isabelle Pécheux , PASSION TERRE

Sources :

 

(1) CERTIFICATION ET ACCRÉDITATION : QUELLES DIFFÉRENCES ?

(2) What is the difference between Certification, Accreditation, and Recognition?

(3) Les différents types d’audit qualité

Partager cet article:
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Autres pratiques